Les manifestations

Samedi 9 décembre 2017 - Fête de Noël au chalet

Enfin un Noël sous la neige. Le contraste était fort avec le Noël estival de l'an dernier. Beaucoup de neige, une température à ne pas mettre un père Noël dehors, mais un Noël comme on les aime. C'est quelque peu inquiet que le président du chalet Michel regardait l'heure avancer. A 10 minutes de l'arrivée du père Noël seuls 4 enfants étaient présents, mais qu'allons nous faire de toutes les bonnes choses préparées par Margrit se disait-il.  Sans doute gênés par le mauvais état des routes, les retardataires sont enfin arrivés. L'assemblée pouvait entonner le chant "Voici Noël" à la fin duquel de grands coups étaient portés contre la porte d'entrée du chalet. Le père Noël tant attendu arrivait, une lourde hotte sur le dos. Tous les enfants, sans exception, se sont approchés du père Noël pour lui réciter ou chanter quelque chose. Certains sont même venus à plusieurs reprises, grâce à une timidité envolée et également une grande générosité du père Noël dont la longue barbe était impressionnante.

Le père Noël reparti, les enfants sont allés jouer dans une neige abondante et poudreuse tandis que Francis servait le délicieux cacao cuit sur le feu dont il a le secret. Un chaud breuvage bienvenu par la température qui était descendue à -7 degrés, malgré le soleil qui a salué le retour du père Noël chez lui.

Bravo aux 14 courageux enfants et aux 17 adultes qui ont bravé les conditions difficiles sans lesquelles l'affluence à la fête aurait été bien plus nombreuse. Merci au comité pour la préparation de la fête et la magnifique décoration du sapin.

Toutes les photos de cette journée en page "photos"

 

Samedi 4 novembre 2017 - Souper tripes au chalet

Encore une fois les talents de cuisinière de Marie-Thérèse ont fait merveille lors du souper tripes. Celles-ci étaient cuites à souhait et fondaient dans la bouche, la vinaigrette excellente et relevée avec des câpres et des échalotes a conquis chacun. Parmi les 43 convives présents, 7 ont préféré le menu alternatif soit de l'Osso buco à la Monte Lema, accompagné de riz. Ceux-ci n'ont pas été déçus, la sauce qui accompagnait le tout étant elle aussi très goûteuse.

Enfin nous avons pu découvrir le dessert surprise de Marie-Thérèse, une merveilleuse mousse au citron faite maison.

Margrit notre présidente a, pour la première fois en tant que tel, salué et remercié tous les convives ainsi que Marie-Thérèse et Ernest pour la qualité du repas. Elle s'est félicitée de la nombreuse participation, un chiffre de 43 personnes n'avait en effet pas été atteint depuis plusieurs années.

En fin de repas, Ginette s'est mise aux claviers de son accordéon et nous a agrémenté de musiques populaires reprises en chœur, pour certaines, par l'assemblée dans une très belle ambiance.

Marie-Thérèse et Ernest ont déjà promis de remettre ça l'an prochain, année du 100ème anniversaire de notre section.

Ci-dessus, une petite séquence vidéo de Ginette et son accordéon. Toutes les photos de cette soirée en page "photos".

Dimanche 22 octobre 2017 - Marche et torrée

Participants: 27 adultes et 10 enfants / Temps: Variable; de soleil à pluie en passant par le grésil, un peu de vent                    Ambiance: Chaleureuse

La famille Isoz, la famille Chichi, Isabelle Jaquet et ses enfants, Ginette et Jacques, Daniel et Margrit se sont retrouvés à la place des Collèges à Couvet à 09h00 pour se mettre en train avec des croissants et du café.
La famille Isoz, la famille Chichi, Isabelle Jaquet et ses enfants, Ginette et Jacques, Daniel et Margrit se sont retrouvés à la place des Collèges à Couvet à 09h00 pour se mettre en train avec des croissants et du café.
Pendant ce temps, Michael, Jean-Paul et René étaient déjà en train de préparer le feu pour les saucissons à la place de pique-nique de Plancemont.
Pendant ce temps, Michael, Jean-Paul et René étaient déjà en train de préparer le feu pour les saucissons à la place de pique-nique de Plancemont.
Arrivés avec un temps sec à la place des Collèges, nous voilà prêts au départ. La pluie a trouvé notre idée géniale et a voulu y participer...
Arrivés avec un temps sec à la place des Collèges, nous voilà prêts au départ. La pluie a trouvé notre idée géniale et a voulu y participer...
Nous avons donc décidé de modifier légèrement le parcours en traversant le Corridor aux loups dans le sens contraire pour qu'il y ait moins de risque de glisser.
Nous avons donc décidé de modifier légèrement le parcours en traversant le Corridor aux loups dans le sens contraire pour qu'il y ait moins de risque de glisser.
Et le soleil a montré son bout du nez.
Et le soleil a montré son bout du nez.
Les grands comme les petits ont facilement atteint le point culminant du parcours.
Les grands comme les petits ont facilement atteint le point culminant du parcours.
Nous avons rencontré plusieurs nids d'araignées, mais aucun loup.
Nous avons rencontré plusieurs nids d'araignées, mais aucun loup.
Puis une petite halte ravitaillement a permis à chacun de reprendre son souffle.
Puis une petite halte ravitaillement a permis à chacun de reprendre son souffle.
Avec de l'énergie en réserve, nous sommes arrivés à notre destination. Une partie des convives nous attendait déjà avec un verre à la main.
Avec de l'énergie en réserve, nous sommes arrivés à notre destination. Une partie des convives nous attendait déjà avec un verre à la main.
Très rapidement, les saucissons ont été enfouis dans la braise par Michaël...
Très rapidement, les saucissons ont été enfouis dans la braise par Michaël...
...et dégustés par tous.
...et dégustés par tous.

Cette sortie a eu un vif succès. Toutes les générations ont été représentées et tous les participants ont eu du plaisir malgré le temps peu engageant.

La journée s'est prolongée jusque vers 17h00 dans la bonne humeur et avec l'espoir de pouvoir réitérer cette activité en 2018.

Vous trouverez plus d'images de cette journée en page "Photos".

 

Texte: Margrit      Photos: Margrit et Ginette

Samedi 30 septembre 2017 - Travaux au chalet

L'appel de notre comité a été entendu, une très belle participation pour cette session de travaux au chalet. 25 personnes ont répondu présent, dont 11 dames. Merci Mesdames. Votre présence record a été remarquée et grâce à vous, les travaux intérieurs ont été terminés bien avant la pause de midi et le chalet brille de mille feux.

Les chantiers "bois" ont occupé la majorité des messieurs, la totalité du bois entreposé à l'extérieur a été débité et entreposé dans le bûcher extérieur. Il ne restera le printemps prochain plus qu'à le débiter en bûchettes.  La consommation de bois a été faible cet été; de ce fait, le bûcher intérieur a été rempli en un temps record; mais est-ce peut-être la fibre écologique de nos membres qui a joué !!! ???

Le temps doux et sec nous a permis de prendre l'apéritif à l'extérieur, avant que ne sonne la cloche qui bat le rappel des ventres affamés.

Jean-Bernard et Monique ont innové en cuisine en nous servant des vols au vent avec une sauce maison à se relever le nuit. C'était tout simplement délicieux.

Le dessert, composé d'une salade de fruits frais a été servi avec le café, dans une magnifique ambiance, faite de discussions nourries et de rires bien sonores.

La "corvée" ? Non, plutôt un plaisir renouvelé deux fois par année.

Merci à tous pour votre dévouement sans compter.

 

Le marché aux tapis d'Istambul ? Non, tout simplement la belle collection de tapis d'orient qui ornent les chambres du chalet.
Le marché aux tapis d'Istambul ? Non, tout simplement la belle collection de tapis d'orient qui ornent les chambres du chalet.
Après l'effort, le réconfort. L'après-midi touche à sa fin
Après l'effort, le réconfort. L'après-midi touche à sa fin

Toutes les photos de cette journée en page "Photos".

Dimanche 3 septembre 2017 - Journée des familles

Le brouillard qui a recouvert ce dimanche là jusqu'à plus de midi le fond du Val-de-Travers a certainement retenu bon nombre de clubistes. Dommage pour les absents qui ont manqué une superbe journée, avec un magnifique soleil tout au long de la journée et parfois quelques passages nuageux.

Finalement 40 personnes sont venues participer à la fête des familles, laquelle s'est déroulée dans une magnifique ambiance. Humberto et son équipe, levés aux aurores ont concocté une soupe aux pois de derrière les fagots, très appréciée. La jambon cuit dans la soupe était particulièrement goûteux. Le tir et le jeu de la grenouille ont mobilisé les spécialistes, alors que l'après-midi, les jeux organisés par Francis ont passionné le public. Une belle planche de prix a permis de récompenser les meilleurs. Merci aux généreux sponsors, aux participants et au comité pour l'organisation de cette journée.

TIR ADULTES: 1ère Céline Thiébaud - 2ème Michel Giroud - 3ème Jean-Philippe Jaquet

      ENFANTS: Lara Bernardino (la seule à avoir touché la cible)

GRENOUILLE ADULTES: 1er Michel Giroud - 2ème Daniel Huguenin du Mittan - 3ème Cédric Debossens

                    ENFANTS: 1er Gary Kunzi - 2ème Paul Heiniger - 3ème Stéphane Thiébaud

 

Toutes les photos de cette journée se trouvent en page photos.

Jeudi 18 mai 2017 - Conférence sur la dentelle au chalet

C'est une très intéressante conférencière que notre présidente Margritt avait invitée au chalet. Madame Anita Bachmann, présidente des dentelières neuchâteloises est venue nous présenter sa passion.

La dentelle n'est pas une broderie, elle se fait sur des coussins où ont été appliqués des "piqués" (sorte de patron) sur lesquels sont plantées des aiguilles, autour desquelles des fuseaux contenant du fil sont disposés. La dentelle ne se fait que par des croisements et des torsions, sans aucun nœud.

C'est au 16ème siècle que la dentelle est apparue dans le Canton de Neuchâtel, il n'y avait pas d'école, mais le savoir se transmettait de mère en fille.

Dès le 18ème siècle, la dentelle au fuseau était la 1ère industrie dans le canton, devant les indiennes sur le Littoral et l'horlogerie. La commercialisation se faisait par des marchands qui disposaient de catalogues de "piqués" et qui parcouraient une partie de l'Europe pour prendre les commandes. Les débouchés se trouvaient en France (Lyon, Marseille, Beaucaire), mais aussi en Allemagne et en Italie. La dentelle s'exportait jusqu'en Amérique.

De retour, les marchands transmettaient les commandes aux dentelières en leur fournissant les fils de lin, de soie ou de coton.

Vers 1830-1840,la mode change et les droits de douane augmentent. En 1845, il n'y a plus de commerce de la dentelle; les minutieuses dentelières se reconvertissent et se tournent vers l'horlogerie.

Durant la guerre 14-18, Madame de Julien a relancé la dentelle en organisant des cours dans un institut professionnel.

Dès 1921, Madame Marguerite Delachaux organise des cours gratuits de dentelle, elle est alors la présidente de la société des costumes neuchâtelois.

Malheureusement, durant la seconde guerre de 1939-1945, c'est la fin de la dentelle.

C'est dans les années 1980 que des dentelières ayant été formées par Mme Delachaux relancent la dentelle.

En 2002, l'association neuchâteloise des dentelières est créée, elle regroupe actuellement 4 sections pour une centaine de dentelières. Le but de l'association est de former des jeunes filles à la création de choses plus modernes, en utilisant d'autres sortes de fils ainsi que des couleurs.

La fédération Suisse des dentelières compte plus de 1000 membres, elles se retrouvent une fois par année, à chaque fois dans un autre canton.

Coussin type "neuchâtelois", il est bombé et permet de travailler en bande continue grâce à la mobilité de sa partie centrale, et au tiroir qui réceptionne la dentelle en la protégeant. (Son nom neuchâtelois est "Coussegnet")
Coussin type "neuchâtelois", il est bombé et permet de travailler en bande continue grâce à la mobilité de sa partie centrale, et au tiroir qui réceptionne la dentelle en la protégeant. (Son nom neuchâtelois est "Coussegnet")
Coussin plat, classique, peut également être rond.
Coussin plat, classique, peut également être rond.
Les modèles de fuseaux étaient extrêmement nombreux, faits dans diverses essences de bois et de grandeurs diverses selon si on utilisait du lin, de la soie ou du coton.
Les modèles de fuseaux étaient extrêmement nombreux, faits dans diverses essences de bois et de grandeurs diverses selon si on utilisait du lin, de la soie ou du coton.

Les fils

Les dentelières utilisaient du lin dès le début du 16ème siècle. Plus tard, vers 1750 des mûriers ont été cultivés notamment à Neuchâtel et à Peseux pour l'élevage des vers à soie. Les cocons étaient envoyés à Lyon pour l'extraction de la soie avant la disparition des plantations vers 1820-1830.

Le coton est apparu vers 1815.

Les épingles

A l'époque, les aiguilles étaient en laiton car elles ne rouillaient pas mais elles se pliaient facilement. Actuellement les aiguilles sont en acier.

L'éclairage

Une bonne lumière était nécessaire pour pouvoir travailler, chose pas facile à l'époque. Les dentelières s'éclairaient au moyen d'une lampe à suif dont la flamme se reflétait au travers de 4 ou 5 globes de verre disposés autour. Ces globes étaient remplis d'eau avec du bleu de méthylène ce qui améliorait considérablement la clarté du coussin de travail.

Ci-dessus, divers modèles de "Piqués". Pré troués par les piqueurs, les "Piqués" étaient posés sur les coussins et les dentelières suivaient ainsi les trous et réalisaient le modèle demandé par le client.

Quelques vues de la soirée au cours de laquelle nous avons assisté à une démonstration de Mme Bachmann. Le président du chalet, Michel, s'est essayé à la dentelle avec succès ma foi. Mme Bachmann nous a également montré quelques unes de ses réalisations, notamment un châle, un ange, le château de Neuchâtel.

Merci à elle pour cette très intéressante soirée, dommage que si peu de membres se soient déplacés.

Samedi 29 avril 2017, Travaux d'entretien de printemps

Chacun s'est montré surpris au sortir de sa voiture, sur le coup de 08h00 ce samedi.  Malgré un magnifique soleil, la température extérieure n'était que de 0 degrés, et des résidus de neige étaient encore présents autour du chalet.

C'est un total de 25 personnes qui ont participé aux travaux d'entretien. Une équipe de 7 bûcherons a travaillé sur le flanc nord du Val de Travers, dans une débrosse. La quantité de bois débité a nécessité 2 voyages jusqu'au chalet avec le char de Francis, merci à lui. Il y aura du travail pour mettre ces nombreux stères en bûches cet automne. De leur côté, 5 ou 6 forts à bras ont transporté le bois sec du bûcher extérieur à l'intérieur du chalet, pendant que les 7 dames présentes, merci à elles, ont œuvré au nettoyage des chambres, des vitres et des sanitaires, ainsi qu'à la cuisine. Jean-Marie, lui dont c'est la spécialité, a remis en place les bancs verts.

Aux sons de la cloche, une pause bien méritée a permis de se réchauffer avec une tasse de thé fumant, en mangeant le super fromage, les cervelas et le pain préparés par Monique et Jean-Bernard.

Un travail qui ne se fait que les 30 ou 40 ans a été entrepris, le remplacement des tavillons de l'avant toit de l'entrée nord du chalet. Merci à Jean-Paul Jaquet d'avoir confectionné des centaines de tavillons au cours de l'hiver. Si le travail n'a pas pu être terminé ce samedi, le toit est protégé par une feuille goudronnée d'étanchéité, il ne risque rien.

A l'aide d'une taupe (tuyau sous pression qui avance seul dans les canalisations), Michel et René ont débouché toutes les conduites et autres canalisations qui partent du chalet. Malheureusement une conduite est bouchée sur une distance d'environ 2 mètres, ce qui nécessitera une fouille et un remplacement des tuyaux.

Vers 12h15, les bûcherons étant de retour de leur débrosse, le signal de l'apéritif a été donné, au soleil, par une belle chaleur revenue.

Le repas dont les odeurs nous chatouillaient les narines depuis un moment a été servi vers 13h00, il y avait au menu du jambon à l'os, des haricots et un magnifique gratin de pommes de terre. Encore une fois, merci à l'équipe de cuisine.

Le travail s'est poursuivi au cours de l'après-midi avant que chacun retourne dans son foyer.

Un grand merci à tous les participants sans lesquels le chalet ne pourrait survivre. Nos travaux d'entretien semestriels sont nécessaires et permettent à notre société d'éviter de nombreuses dépenses.

Jeudi 16 mars 2017, assemblée mensuelle au Crêt de l'eau

C'est certainement l'importance de l'ordre du jour qui a rassemblé 26 membres lors de l'assemblée mensuelle du jeudi 16 mars. En effet, suite à la démission du poste de président de Michael Rigolet, la place était vacante. Un appel aux membres a été lancé lors de l'assemblée générale annuelle 2017. Personne ne se présentant dans la salle, le comité a présenté Margrit Grandjean, assesseur au sein du comité depuis 4 ans, d'accord de reprendre cette importante charge. C'est par acclamations et applaudissements que Margrit a été élue. Depuis de nombreuses années, Margrit a montré son implication dans toutes les manifestations de notre section, merci à elle de prendre cette responsabilité à une année de fêter les 100 ans de notre section.

En remplacement de Margrit, Jacques Blanc a été nommé au poste d'assesseur, il est remplacé en tant que vérificateur suppléant par Mireille Giroud.

Cette assemblée a eu le plaisir d'accepter à l'unanimité les nouveaux membres Isabelle Jaquet et Monika Jaquet, toutes deux de Couvet, chacune maman de 3 enfants, il y aura de la vie au chalet.

Comité tel qu'il se compose depuis le 16 mars, de gauche à droite, Jean-Bernard Egger Caissier, Michel Giroud Vice président, Margrit Grandjean présidente, Ginette Kaenel secrétaire, René Juvet archiviste, Jacques Blanc, assesseur.
Comité tel qu'il se compose depuis le 16 mars, de gauche à droite, Jean-Bernard Egger Caissier, Michel Giroud Vice président, Margrit Grandjean présidente, Ginette Kaenel secrétaire, René Juvet archiviste, Jacques Blanc, assesseur.

Manque sur la photo, Rosemarie Sutterlet, convocatrice.

 

Belle affluence de 26 personnes pour l'assemblée mensuelle du 16 mars 2017.
Belle affluence de 26 personnes pour l'assemblée mensuelle du 16 mars 2017.

Samedi 28 janvier 2017 - Assemblée générale et ........

 

La 99e assemblée générale du Club jurassien, section Jolimont, s’est déroulée samedi 28 janvier au restaurant du Crêt-de-l’Eau, à Couvet, dans une salle plutôt bien remplie avec 30 présents. A cette occasion, plusieurs clubistes ont été distingués: Christiane Perrenoud, Pascal Maradan et Bernard Schneiter pour leurs 30 ans de sociétariat, Egbert Marti pour 40 ans de fidélité à la section, Josy Decorges pour ses 50 ans de sociétariat, et enfin Claude Jeanneret et Rose-Marie Sumi, membres depuis 60 ans.  

A l’heure de livrer son rapport, le président de la section Michaël Rigolet a souligné que le taux de participation pour les manifestations durant l’année 2016 était bon, mais que la fréquentation lors des assemblées mensuelles était malheureusement très faible. Michel Giroud, président du Chalet, a tiré un bilan positif de l’année écoulée. Il a regretté toutefois la faible fréquentation des femmes lors des travaux de printemps et d’automne, soulignant l’importance qu’elles soient plus nombreuses pour effectuer les indispensables nettoyages intérieurs.  

Du côté des comptes, caissiers et vérificateurs ont présenté des chiffres positifs et réjouissants, qui permettront de maintenir les cotisations au montant actuel. Les rapports et les comptes ont été adoptés à l’unanimité.  

Au chapitre des nominations, la soirée a été marquée par l’annonce de la démission du président de section Michaël Rigolet, qui a choisi de se retirer après de belles années passées à la tête du comité. Aucun membre ne s’est porté candidat à sa succession, le poste de président de section est donc vacant. Les autres membres des comités de section et du chalet ont été reconduits dans leurs fonctions, sous de chaleureux applaudissements. 

La soirée s’est poursuivie dans la bonne humeur aux Mines d’asphalte, où paella et musique attendaient les clubistes. Voir plus bas. Les photos de l'assemblée se trouvent en page "Photos"

 

Pascal Maradan reçoit un présent de Jean-Bernard Egger pour ses 30 ans de sociétariat
Pascal Maradan reçoit un présent de Jean-Bernard Egger pour ses 30 ans de sociétariat

.............Souper de section

C'est au Café des Mines que pour la première fois notre souper de section s'est déroulé. Généralement fermé à cette saison, le Café des mines et du personnel ont été gentiment mis à notre disposition par son exploitant Matthias von Wyss, patron de l'Hôtel de l'Aigle à Couvet. La soirée a débuté par un apéritif offert par notre membre Josy Descorges, honoré pour ses 50 ans de sociétariat, un grand merci à lui. Le cuisinier Daniel Huguenin-Dumittan s'est mis aux fourneaux pour préparer une excellente soupe, ainsi que deux paëllas aux fruits de mer et à la viande qui ont été appréciées de tous. La salade d'oranges préparée par Ruth Bovay a réjoui les papilles, elle était tout simplement fabuleuse.

La soirée a été animée par notre secrétaire Ginette, accompagnée d'une accordéon schwytzoise et par Philippe Kaeslin. Tous deux ont mis une belle ambiance jusqu'en fin de soirée. Un grand merci aux participants et aux organisateurs, Jean-Bernard et Monique ainsi qu'à Margrit et son ami Daniel pour le travail effectué et pour sa préparation des desserts. Voir les photos de cette soirée en page "Photos".

 

Jean-Bernard Egger, caissier central remet un présent à Josy Descorges pour ses 50 ans de sociétariat. Merci à ce dernier d'avoir offert l'apéritif aux convives.
Jean-Bernard Egger, caissier central remet un présent à Josy Descorges pour ses 50 ans de sociétariat. Merci à ce dernier d'avoir offert l'apéritif aux convives.

Samedi 10 décembre, Noël au chalet

Quelle belle idée a eu notre président Michael de mettre en place le sapin sur la piste de boule, après l'avoir coupé dans notre forêt.

La température était printanière, le sol sec et il n'y avait aucun souffle de vent.

C'est donc avec surprise que les nombreux participants à cet après-midi de fête ont découvert la sapin magnifiquement décoré à un endroit inhabituel.

Mais avant la venue du père Noël, tout ce petit monde s'est rendu à l'intérieur du chalet où le réfectoire avait été transformé en mini théâtre et où un mini drame à suspense allait se dérouler......

....l'apparition d'une vilaine sorcière.  Celle-ci avait fait disparaître le Père Noël à la grande tristesse des enfants. Mais grâce aux lutins, à un miroir magique et à une danse exécutée par tous les enfants, le Père Noël est revenu.  Merci à Mme de Maglie, ses filles et à Rachel d'avoir mis sur pied ce spectacle.

Les nombreux participants (plus de 20 enfants et une vingtaine d'adultes) se sont ensuite rendus à l'extérieur pour appeler le père Noël. Celui-ci par manque de neige n'a pas pu venir avec son traineau, c'est donc à pied qu'il nous a rejoint et qu'il s'est assis sur une chaise, bien fatigué de son voyage.

Tous les enfants ont défilé devant lui, beaucoup ont entonné des chants souvent sur un ton timide, plusieurs sont revenus pour un second chant. Tous sont repartis heureux avec un cornet rempli de douceurs.

Le père Noël reparti dans sa lointaine contrée, la traditionnelle taïaule et le chocolat ont été distribués avec du thé pendant que Francis nous préparait son délicieux cacao.

Un grand merci aux nombreux participants et aux organisateurs pour cette magnifique journée.

Samedi 5 novembre 2016, souper tripes au chalet

 

Le froid et la pluie n’ont pas retenus les amateurs de tripes ce samedi 5 novembre. Rose a dressé de toutes belles tables, après avoir bravé courageusement vent et pluie pour aller chercher un peu de nature nécessaire à ses belles décorations de tables.

Le soir, nous nous sommes retrouvés à 15 personnes pour manger les tripes plus deux petits enfants de 2 et 4 ans qui accompagnaient Margrit, leur grand-maman. Ils ont surpris tout le monde en dévorant avec appétit les tripes qu’ils mangeaient pour la première fois.

4 autres personnes se sont partagés un succulent rôti neuchâtelois et ses petits légumes, cuit au four à bois, et accompagné de röstis.

Dès le début de la soirée, la bonne humeur animait toute l’assemblée. La cuisine a été envahie pour l’apéro, mais ensuite, tout le monde a mis la mai à la pâte et le repas a été très rapidement servi.

Un carpaccio d’ananas à la mode des Iles et un café ont mis un point final à ce succulent repas.

Ensuite, les dames et un Monsieur! John Wiedmer, ont mis un point d’honneur à faire la vaisselle et remettre la cuisine en ordre alors que René Juvet se voyait libéré de sa charge de caviste.

Avec tous ces bras en plus, Ernest et Marie-Thérèse Frutiger, organisateurs de la soirée et cuisinière, ont pu vraiment profiter du repas et manger pour la 1ère fois avec tout le monde, sans être ans cesse dérangés.

Le dimanche matin, les 7 membres qui ont dormi au chalet se sont réveillés dans un environnement tout saupoudré de neige, annonciatrice de l’hiver.

 

Belle initiative de Marie-Thérèse qui a proposé un rôti à la neuchâteloise aux non amateurs des traditionnelles tripes. Dans la page photos, découvrez toutes les photos de cette soirée.

Marche et torrée, samedi 15 octobre 2016

Arrivés au chalet dans un brouillard à couper au couteau, les 12 marcheurs et 8 accompagnants n'ont finalement pas regretté leur venue. Le soleil s'est rapidement montré et la chaleur a fait vivre aux participants une magnifique journée d'automne.

Après environ 1 h 30 minutes de marche, le groupe est arrivé aux petites Fauconnières où Michael avait allumé un grand feu prêt à accueillir les saucissons. Il avait également prévu toutes les boissons et autres accompagnements.

Après 20 minutes de cuisson, les saucissons ont été déballés, dégageant un excellent fumet qui ouvrit l'appétit de tous les clubistes présents.

Après l'apéritif, c'est dehors et au soleil que le repas s'est déroulé, dans une excellente ambiance.

Sur le coup de 16 heures, les marcheurs se sont remis en route en direction de la Clinchy, plusieurs d'entre eux faisant une belle cueillette de champignons.

Merci à Micheal qui a pris en charge l'organisation de cette journée et aux participants.

Travaux d'entretien au chalet, samedi 1er octobre 2016

Après près de 3 semaines de températures estivales, les légères baisses de températures annoncées pour ce samedi de travaux au chalet n'ont finalement pas retenu beaucoup de monde. 22 membres présents dont 6 dames, ce qui a permis aux travaux intérieurs non exécutés ce printemps d'être faits. L'appel du président du chalet a donc été entendu.

Le temps était couvert, il ventait et la température était fraiche, malgré ces inconvénients, tous les travaux extérieurs ont été effectués avant midi, moment précis où la pluie s'est mise à tomber violemment. Quelle chance !

Rarement autant de personnes ont travaillé au jardin botanique, lui donnant un bel aspect avant l'hiver.  Le bûcher intérieur a été rempli en moins de deux, ceci grâce à la famille Isoz et à Nicolas, nouveau membre rapidement intégré aux équipes en place.

Pour faite suite à la visite des inspecteurs du réseau électrique qui ont effectué le contrôle OIBT comme chaque 10 ans, nos électriciens compétents ont changé le tableau électrique du 1er étage, première mesure prescrite dans le rapport reçu.

Pendant ce temps, l'équipe de cuisine de Jean-Bernard et Monique préparait un délicieux repas dont le fumet  parvenait à nos narines bien avant l'heure du repas.

Enfin sur le coup de midi la cloche a sonné non pas la fin de l'école, mais l'heure de se mettre à table, ouf encore 5 minutes et nous aurions été trempés.

Comme à son habitude, Jean-Bernard nous a soigné, civet de chevreuil avec spaetzli et choux de Bruxelles étaient délicieux avant de passer aux desserts, divers cakes et de surprenants panettone glacés au chocolas et fourrés de noix de chocolat fondantes....huuuummmmm! trop bons.

La pluie continuant de tomber, le café s'est prolongé dans une très belle ambiance avant que chacun retourne à son domicile.

Merci au comité pour la super organisation et aux présents qui ont effectué un beau travail.

Rarement nous avons vu autant de membres prendre grand soin de notre jardin botanique. Toutes les photos en page photos.

Journée des familles, dimanche 4 septembre 2016 au chalet

Les prévisions pessimistes de la météo pour cette journée ont certainement retenu plus d'un clubiste. Cependant la journée qui s'est déroulée sous un ciel couvert avec quelques pointes de soleil n'a pas été arrosée avant 17 h 00.

Une bonne cinquantaine de personnes dont une dizaine de jeunes enfants se sont déplacés à la Clinchy où comme à son habitude, le comité avait bien fait les choses en mettant à disposition une tente.

A pied d'œuvre depuis le samedi, l'équipe de Thierry composée de Umberto, Marcel, André, Cédric et j'en oublie se sont levés très tôt pour allumer vers 05h30 le feu sous la romaine. A nouveau, leur savoir faire a réjouit les papilles avec une soupe aux pois excellente et 2 magnifiques jambons si tendres qu'ils se laissaient découper comme du beurre.

Après le repas, les jeux organisés par Francis ont connu un franc succès alors que tout au long de la journée les tireurs à la carabine et les passionnés de la grenouille se sont affrontés dans des duels passionnés avec des scores très serrés.

Une magnifique planche des prix a récompensé les meilleurs de chaque catégorie dont voici les résultats.

Tir à la carabine

Adultes :  1er Michel Giroud 34 points - 2ème Céline Thiébaud 31 points - 3ème Daniel Giroud 31 points

Enfants : 1er Stéphane Thiébaud 31 points - 2ème Alexandre Coullet 13 points

Jeu de la grenouille

Adultes : 1er Daniela Giroud 1700 points - 2ème Céline Thiébaud 1420 points - 3ème Jean-Marc Aellen 1350 points

Enfants : 1er Stéphane Thiébaud 1570 points - 2ème Alexandre Coullet - 3ème Samuel Thiébaud 800 points

 

Un grand merci aux organisateurs et aux participants pour cette belle journée de simplicité et de bonne humeur.

 

 

L'équipe de cuisine s'est levée aux aurores pour mettre en route la soupe aux pois. Merci à eux.

Pour tous les enfants participant à la journée des familles, c'est toujours une joie de disputer la course aux sacs, une occasion unique dans l'année de se livrer à cette activité.

Le jeu du tir à la corde permet autant aux enfants qu'aux parents de se défouler et tous adorent cela.

Après un ultime face à face au tir à la corde, tous les (petits) enfants ont reçu de Francis une gourmandise bien méritée.

Soirée loisirs, jeudi 19 mai au chalet

La conquête du Mont Blanc

Ce ne sont malheureusement que 8 personnes qui se sont déplacées au chalet pour assister à la projection d'un film sur la conquête du Mont Blanc, prêté par le Club Alpin Suisse. Merci à Jean-Bernard d'avoir organisé cette magnifique projection.

Horace Bénédict de Saussure, d'une famille patricienne de Genève s'est intéressé très tôt à diverses sciences, la chimie, les réactions dues à l'électricité statique, il fût l'inventeur de l'hydromètre à cheveux qu'il a produit en de multiples exemplaires. Dès 1760, il souhaite faire des expériences en haute montagne, notamment au Mont Blanc qu'il admire de loin de sa Genève natale. Il mène une dure expédition pour se rendre à Chamonix, par des chemins escarpés jusqu'à atteindre le pied du Mont Blanc. A cette époque, les gens de la vallée de Chamonix étaient surtout laboureurs et/ou cristaliers. La haute montagne ne les intéressait guère, ils chassaient également le chamois pour améliorer leur ordinaire. Les dessins et gravures de l'époque ont montré la simplicité du matériel et des vêtements portés par les cristaliers qui avaient souvent de simples sandales. Des années plus tard, le sommet du Mont Blanc n'ayant toujours pas été atteint, De Saussure offre une prime substancielle aux premiers grimpeurs qui atteindraient le sommet du Mont-Blanc. Une expédition fût mise en place par Jacques Balmat, né en 1762, et le docteur Paccard qui atteignirent le sommet le 8 août 1786, empochant ainsi la prime. Une année après, Horace Bénédict de Saussure attaque l'ascension du Mont Blanc le 1er août, accompagné d'un domestique et de 19 guides et porteurs, il a alors 47 ans et emporte du matériel de bivouac, des instruments scientifiques et même un lit pliant. Pas de corde, mais seulement des échelles de bois et de longs bâtons. Le sommet est atteint le lendemain, il y resta environ 5 heures et procéda à quelques expériences scientifiques, notamment le calcul de l'altitude du Mont Blanc pour laquelle il ne se trompa que de 35 mètres, impressionnant pour l'époque. 

La soirée s'est terminée sur un court métrage très drôle tourné à son insu par les collègues de Jean-Bernard, qu'il découvrit lors de son départ à la retraite.

Merci pour cette belle et intéressante soirée.

 

 

Travaux de printemps, samedi 30 avril 2016

Petite cuvée

Est-ce dû au froid de ces derniers jours, ou au fait que la corvée était si tôt dans la saison, toujours est-il que très peu de membres se sont présentés pour effectuer les travaux prévus par le président du chalet, Michel Giroud. 13 hommes, 4 dames, effectif nettement insuffisant pour s'occuper correctement de tous les travaux généralement accomplis au printemps.

Les présents ont eu bien raison de se déplacer, accueillis par un magnifique soleil mais une température de quelques degrés, ils se sont vite réchauffés par leur ardeur au travail. Une grosse activité devant et dans le bûcher extérieur, avec le son de la tronçonneuse et celui des 2 fendeuses à bûches.

Tronçonnage à gogo

Comme l'a dit Thierry, on ne change pas une équipe qui gagne. Travaillant non stop de 08h00 à 12h00, Thierry et Umberto ont réussi à scier l'intégralité de tout le bois entreposé à l'extérieur. Il reste toutefois tant de bois à bûcher soit devant, soit dans le bûcher extérieur que lors des 2 ou 3 prochaines  corvées, il ne sera certainement pas nécessaire de procéder à l'abattage d'arbre.

Grosse consommation de bois

Il est rare de trouver le bûcher intérieur aussi dépouillé de ses réserves de bois en fin d'hiver. Malgré un hiver relativement doux, ceci est certainement à une forte et réjouissante occupation du chalet, notamment de Noël à Nouvel An par plusieurs familles et à des fêtes d'anniversaires. Le chariot de Jean-Paul nous a été d'un grand secours pour compenser le manque de bras.

Travaux intérieurs et subsistance

Malgré le faible effectif féminin, les travaux intérieurs ont pu être effectués avec l'aide de quelques messieurs. L'équipe de cuisine comme à son habitude avait préparé un "dix heures" de qualité avec des cervelas et du gruyère, 2 sortes de pain, thé et café bienvenus pour se réchauffer. Elle s'est mise ensuite à la tâche pour nous préparer des penne bolognese dont la sauce était excellente. La salade de fruits servie au dessert était intégralement composée de fruits fraichement coupés par Jean-Bernard et Monique, y compris les ananas. Merci à eux deux pour ce repas délicieux.

Minimum vital

Il est nécessaire de préciser que la vie de notre chalet ne peut se faire que grâce à une implication de tous ses membres. Nous constatons que les présents aux corvées sont toujours les mêmes. Il serait souhaitable que chaque sociétaire participe à au moins une corvée sur deux ou sur trois. Il en est de même pour la participation aux assemblées mensuelles ou à l'assemblée générale annuelle. Etre membre du club jurassien ce n'est pas simplement payer sa cotisation et assurer une garde, comme le précise le règlement de notre section, les assemblées doivent être suivies régulièrement par les membres actifs domiciliés dans le canton.

Sans tout le travail bénévole effectué deux fois par année, l'entretien de notre chalet ne serait pas viable, ne serait-ce que par le prix du bois bûché que nous devrions acquérir.

Il est également possible que les convocations envoyées par email ne soient pas suffisantes et n'aient pas le même impact que les convocations écrites, telles qu'elles l'étaient pour tous par le passé. Ce point pourrait être soulevé lors de la prochaine assemblée mensuelle le 9 juin au chalet.

Merci à tous les participants à cette belle et fraîche journée.


Assemblée générale et souper annuel, le 30.01.2016

Samedi 30 janvier s'est déroulée au restaurant du Crêt de l'Eau l'assemblée générale annuelle, sous la présidence de Michael Rigolet, en présence de 35 membres. Après le chant du club chanté intégralement, une minute de silence est observée à la mémoire de Fernand Vaucher, décédé en 2015. Jean-Bernard Egger lui rendra un hommage émouvant en fin de séance. Les points forts ont été tout d'abord les jubilaires, soit

Sylvio Bovay pour 25 ans de sociétariat

Francis Loutz pour 40 ans de sociétariat (absent)

et Myriam Giroud pour 60 ans de sociétariat (plus ancienne membre en activité). Les jubilaires se sont vus offrir au nom du comité un cadeau accompagné de fleurs.

Il manquait malheureusement à cette assemblée Charles-Edouard Thiébaud, fêté pour avoir travaillé 40 ans au service de notre section en tant que caviste et d'autres tâches régulièrement accomplies.

Au chapitre des nominations, nous apprenons que notre président souhaite se retirer au cours de l'assemblée générale 2017, un appel est lancé pour lui trouver un remplaçant. Sans candidat, Michael continuera toutefois de manière intérimaire.

La fonction de caviste allant de paire avec celle de vice-président du chalet, c'est Claude Schornoz qui cumulera ces 2 fonctions avec celle de caissier du chalet qu'il occupe déjà.

Jean-Bernard, dans sa présentation des comptes, nous annonça une belle augmentation du bénéfice réalisé sur les boissons et un résultat négatif dû aux coûts de la cuisine dont le montant total s'est élevé à CHF 6'930.55. Les divers actifs placés auprès de la poste ou des banques montrent la bonne santé de notre société, ils sont la répartition des capitaux, alors que leur provenance, notamment le fond du 100ème anniversaire en 2018 s'élève à CHF 7'000.-- et le fond de renouvellement à CHF 9'000.--. La séance est levée à 17h50.

 

Myriam Giroud, fêtée pour ses 60 ans de sociétariat
Myriam Giroud, fêtée pour ses 60 ans de sociétariat
Silvio Bovay reçoit de Jean-Bernard Egger un cadeau pour ses 25 ans de sociétariat
Silvio Bovay reçoit de Jean-Bernard Egger un cadeau pour ses 25 ans de sociétariat

Une fois n'est pas coutume, le souper annuel qui suit l'Assemblée générale n'avait pas lieu à Couvet, mais à l'Hôtel de l'Ours à Travers. Après un sympathique apéritif offert pas la section, les 41 convives se sont attablés autour des caquelons pour manger une excellente fondue chinoise constituée de viande fraiche, accompagnée de riz et de frites. Une salade mêlée pour l'entrée et un flan caramel comme dessert furent également servis aux participants.

La soirée s'est déroulée dans une ambiance très conviviale, agrémentée tant à l'apéritif qu'au cours de la soirée par Ginette Kaenel et son accordéon. Les danseurs les plus assidus ne furent pas les plus jeunes, ils s'en sont donnés à cœur joie, n'est ce pas René (Maradan).

Ginette Kaenel, membre du comité et accordéoniste a mis une excellente ambiance.
Ginette Kaenel, membre du comité et accordéoniste a mis une excellente ambiance.

Journée des familles 1977

Un grand merci à Jean-Max Debossens qui nous a remis cette belle photo de la fête des familles de 1977. Nous trouvons de gauche à droite : Au 1er rang, Claude Jeanneret (l'instituteur), caché derrière lui André Marti, au cor avec le tablier  André Giroud, sur sa gauche Rodolf Butikhofer. La jeune fille est Patricia Debossens, au trombone à coulisses Eric Reymond et pour terminer tout à droite Fernand Vaucher.  Un grand merci pour cette belle image d'archive.